Découvrez également

Le BMX Freestyle pendant les Jeux olympiques de Tokyo

infoadmin | 04.12.2018 à 00h00Mis à jour le 18.08.2022 à 23h57
Le BMX Freestyle pendant les Jeux olympiques de Tokyo

Le BMX Freestyle vient tout juste d'intégrer au sixième rang des disciplines à concourir aux Jeux olympiques. Vous allez découvrir à travers ce texte les détails le concernant. 

Après l’escalade, le karaté, le skateboard, le surf et le baseball, le BMX Freestyle est la sixième discipline à être intégré au programme des Jeux olympiques. Le Comité international olympique (CIO) a annoncé cette année l’inclusion de ces six nouveaux sports aux JO, et ce dès 2020 à Tokyo. C’est lors du Festival international des sports extrêmes qui s’était déroulé à Montpellier que les membres de la commission d’évaluation du CIO ont été séduits par cette discipline. Découvrez plus de détails sur le sujet à travers ce dossier.

Présentation du BMX freestyle

Le BMX Freestyle est en fait une discipline du BMX. Elle consiste à effectuer, au sol ou aérienne, au guidon d’un vélo de BMX. Le vélo de BMX Freestyle est plus solide et plus petit qu’un vélo classique. Il possède une seule vitesse ainsi que des roues de 20 pouces, le rendant particulièrement maniable.


Les personnes qui pratiquent du BMX Freestyle sont appelées des « riders ». La discipline comporte cinq types de disciplines (catégories), dont le plus adapté en compétition est le Park, à savoir qui se déroule dans un skatepark. Le BMX Freestyle deviendra pour la première fois une discipline olympique à l’occasion des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

  • Origines de la discipline

Le BMX Freestyle trouve son origine dans les skateparks de San Diego, en Californie. Des photos de jeunes gens effectuant des figures des piscines vides ont été publiées dans le Skateboarder Magazine en 1975. En 1976, ces jeunes sportifs investissent les skateparks en commençant par celui de Carlsbad.


Le street BMX est le premier type de BMX Freestyle à apparaître. La toute première équipe de BMX Freestyle, à savoir la BMX Action Trick Team, voit le jour vers la fin de l’année 1979. Elle est composée de deux coureurs passionnés qui s’entraînaient à San Diego et qui ont commencé à créer des figures pouvant être effectuées sur le sol, et ce sans tremplin.

  • Les diverses catégories du BMX Freestyle

Le BMX Freestyle évalue et juge les riders sur l’originalité, la difficulté et le style de figures réalisés au sol, sur une rampe ou sur des obstacles. Comme déjà mentionnée plus haut, la discipline se décline en diverses catégories, dont la plus courante est le Park. Il s’agit d’un enchaînement de figures sur divers modules skatepark. Le Vert, qui est l’abréviation de Vertical, et une autre catégorie consistant à faire des figures sur rampe de 4 mètres de hauteur et dont les parois sont presque verticales.


Le Flat est, quant à lui, une succession de figures sur un sol plat, souvent en équilibre sur une seule roue. Cette discipline se révèle plus artistique et moins compétitive que les autres. Le Street est une catégorie du BMX Freestyle où le coureur (rider) utilise le mobilier urbain pour exécuter des figures. Le cinquième type de discipline est le Dirt, durant lequel les coureurs réalisent des figures sur des bosses en terre.

Processus de qualifications

Concernant les qualifications en BMX Freestyle, chaque pays peut envoyer au maximum 2 riders de chaque sexe. Le pays hôte, à savoir le Japon, se voit accorder une place d'office, tandis que 8 autres places sont assurées par les qualifications. Au total, l'épreuve du BMX Freestyle comptera donc 18 compétiteurs. Afin de pouvoir se qualifier, tout cycliste doit être âgé de plus de 11 ans et avoir gagné au moins 10 points lors du classement individuel élite BMX Freestyle Park qui sera réalisé le 12 mai 2020 par l'Union cycliste internationale (UCI).


Ce classement du 12 mai 2020 établira 6 places. Dans ce sens, un pays pourra donc se voir qualifier deux compétiteurs, tandis que quatre autres pays sont représentés par une personne chacun. Le classement par pays est effectué en additionnant le nombre de points des deux cyclistes les mieux classés du pays au cours de la période du 1er novembre 2018 et le 11 mai 2020. Ce classement se basera, en outre, sur les championnats du monde de cyclisme urbain de 2018 et 2019, le résultat le plus récent en championnats continentaux, les 6 meilleurs résultats en Coupe du Monde, les championnats nationaux 2019 ainsi que les 6 meilleurs résultats en compétition de catégorie.


Arès le 11 mai 2020, les deux riders, par sexe, les mieux classés aux Championnats du monde de BMX Freestyle 2019 et qui ne sont pas qualifiés par leur classement au 12 mai obtiendront une qualification, à raison d'une place par le comité national olympique. Le Japon qualifie par défaut deux compétiteurs, sauf s'il se qualifie avec une autre compétition, ce qui offre une place de libre pour un autre pays. Dans la mesure où une place est laissée libre, l'UCI réattribue la place en essayant d'assurer que chaque continent soit représenté. Les places doivent être confirmées le 2 juin, soit 14 jours après le 19 mai 2020. Les épreuves de BMX Freestyle se dérouleront du 30 juillet 2020 au 2 août 2020.

  • Partager :
  • Réagir :

Vos réactions

Poster un commentaire

captcha